Réussir sa vie professionnelle,

commence par une bonne orientation.

Ils ont parlé du conseil en orientation, petite compilation :

des articles de presse, des vidéos

Devant le problème grandissant de la question de l'orientation,

les parents font de plus en plus appel à un coach d'orientation.

 

                                     "Depuis cinq ans, le coaching d'orientation est un marché florissant. Les officines privées proposent

                                     des bilans de compétences dès la troisième, pour des tarifs allant de 300 à 1.000 euros le package

                                     de cinq séances.

                                     "Les raisons d'un tel développement sont diverses : une peur de l'avenir de plus en plus forte,

                                     des parents de plus en plus stressés, et l'Éducation nationale qui recrute de moins en moins

                                     de conseillers d'orientation [depuis 2005, 50 par an contre 250 au début des années 2000]",

                                     note Sylvie Mouchez, directrice du bureau de renseignements et d'orientation scolaire de la chambre de commerce et d'industrie de Paris. "Si les parents sont prêts à payer, c'est parce qu'ils ont conscience du coût d'une mauvaise orientation ", explique Sophie de Tarlé, du mensuel L'Étudiant."

 

Pour lire l'article du JDD en intégralité :

http://www.lejdd.fr/Societe/Education/Actualite/Le-boom-du-coaching-d-orientation-589534

 

______________________________________________________________________________________________________

Face aux questions de l'orientation, les conseillers d'orientation psychologues semblent un peu dépassés d'où parfois la nécessité de recourir au service de l'orientation privé.

 

"La question se pose, au moment des choix d'orientation, pour nombre de parents : faut-il ou non recourir aux services d'un coach ? Beaucoup de jeunes ont en effet du mal à trouver leur voie et à se dessiner un avenir professionnel. Et les "conseillers d'orientation-psychologues" (COP), effectuent certes un travail utile, mais ils ne sont pas assez nombreux, et souvent très éloignés du monde l'entreprise.

Résultat, les cabinets privés et les organismes spécialisés se multiplient."

 

Pour lire l'article du Monde en intégralité :

http://focuscampus.blog.lemonde.fr/2014/02/24/le-boom-du-coaching-en-orientation/

 

______________________________________________________________________________________________________

"des choix d’orientation malheureux, cela a un coût"

 

                                   "Des coachs privés qui répondent à une pénurie. Ces conseillers personnels répondent à deux défis :

                                   la grande attente et l’angoisse des parents pour l’avenir de leur progéniture, mais aussi la raréfaction

                                   des conseilleurs d’orientation, dont le nombre ne cesse de reculer. Résultat, comme en témoignait

                                   un conseiller anonyme dans les colonnes du site Rue 89, chacun se retrouve à gérer entre 1.200

                                   et 1.600  élèves. Chaque lycéen a donc droit en moyenne à pas plus de 15 minutes d’entretien.

                                   Un temps très limité donc et qui va en se réduisant puisque l’Etat recrute de moins en moins

                                   de conseillers d’orientation."

 

Pour lire l'article d'Europe 1 en intégralité :

http://www.europe1.fr/France/Le-coaching-s-empare-de-tout-meme-de-l-ecole-1919801/

 

______________________________________________________________________________________________________

"Cher gamin désorienté, n’attends rien de moi, ton conseiller d’orientation"

 

"Une grosse moitié du temps de travail du conseiller d’orientation psychologue (COP, voir encadré) est consacrée à intervenir dans les collèges et lycées publics (plus rarement en université).

Chaque COP a en charge deux ou trois établissements, ce qui représente 1 200 à 1 600 élèves en moyenne. Concrètement, ça nous permet d’aller au mieux une journée par semaine dans chaque établissement, où on remarque plus souvent notre absence que notre présence. Difficile, avec un peu plus de quinze minutes par élève et par an, de travailler de façon approfondie avec tous.

Ce travail à cheval sur plusieurs types d’établissements offre une position de spectateur impuissant d’un système qui s’effondre et qui choisit très tôt la minorité qui réussira scolairement et professionnellement, la majorité qui s’en sortira et la minorité qui sera vouée à la galère... J’approuve pas, hein. Je décris."

 

Pour lire l'article de Rue89 en intégralité :

http://rue89.nouvelobs.com/2013/07/01/cher-gamin-desoriente-nattends-rien-conseiller-dorientation-243843

 

______________________________________________________________________________________________________

Clip de Black M : Mme Pavoshko (conseillère d'orientation)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

______________________________________________________________________________________________________

Vidéo d'un sketch de Julie Ferrier : ma conseillère d'orientation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

______________________________________________________________________________________________________

 

 

page facebook

d'AS Orientation

télécharger

la brochure

© 2014 par AS Orientation

site internet de notre partenaire PEEP